Novembre 2019 – Zaracha de Shimane

Ce mois-ci nous avons sélectionné un Zaracha (ざら茶) en provenance de la région de Tsuwano (津和野) dans la préfecture de Shimane (島根).

Champ de Kawaraketsumei

Champ de Kawaraketsumei dans la préfecture de Shimane.

Zaracha

Je vous ai parlé de la préfecture de Shimane (島根) le mois dernier, elle devient un endroit spécial pour les divinités japonaises pendant le mois d’octobre. Le Zaracha est un thé original de cette région. C’est la deuxième fois qu’on vous le présente.

La plante appelée Kawaraketsumei (河原決明) est une légumineuse annuelle, haute d’environ 70cm, fine, portant de jolies fleurs jaunes et de petites gousses de quelques centimètres. Elle est plantée au mois d’avril et récoltée au mois d’août. Coupée au niveau du pied, elle est séchée, découpée puis torréfiée.

Kawaraketsumei

Toutes les parties de la plante sont consommées : les tiges, les feuilles, les fleurs et les gousses. On peut distinguer une senteur fumée, mais aussi une douceur agréable. Le Zaracha est une infusion connue et utilisée dans cette région pour ses vertues « détox », mais également un thé du quotidien dégusté depuis plusieurs siècles.

La saison des marrons

Comme c’est la saison des marrons, j’ai accompagné ce Zaracha de deux gâteaux aux marrons : Kurikomochi (栗粉餅), un gâteau japonais à base de marron, ansi que le Mont Blanc, un gâteau français également à base de marron.

Les deux gâteaux se ressemblent l’un l’autre pour l’apparence et le goût. La différence, ce sont les ingrédients. La version japonaise est faite de pâte de haricot blanc sucrée, et la version française de meringue et de crème chantilly. Je ne peux pas dire lequel de ces deux est le meilleur pour accompagner le Zaracha, mais le goût doux des 2 gâteaux va très bien avec celui du Zaracha.

Mont Blanc Mont Blanc

Code 7-5-3

Au mois de novembre, les temples Shinto appelés Jinja (神社), où on vénère les divinités autochtones, sont pleins d'enfants qui atteignent l’âge de 3 ans ou 5 ans pour les garçons, et de 3 ans ou 5 ans pour les filles. Ils vont au Jinja, vêtus des habits du dimanche, accompagnés de leurs parents et de leurs grands parents pour remercier et prier les divinités pour leur bonne santé.

Shichigosan

C’est l'une des coutumes ancestrales du Japon et elle s’appelle littéralement 7-5-3 (Shichi-Go-San). Elle tombe le 15 novembre en général. On disait que les enfants étaient faibles jusque vers l’âge de 7 ans et qu’on avait recours aux dieux pour les protéger à chaque événement spécial.

Jusqu'à l’âge de 3 ans, on devait raser les cheveux des enfants. Après l'évènement de Kamioki (かみおき), on pouvait enfin laisser pousser les cheveux. Puis pour les garçons de 5 ans a lieu l'évènement de Hakamagi (はかまぎ) : l’autorisation de porter la tenue de Hakama (袴), une sorte de pantalon. Enfin pour les filles de 7 ans, celui d’Obitoki (おびとき) : l'autorisation de porter un Obi (帯), une sorte de grosse ceinture au lieu d'une ficelle.

Dans le jinja, on vend des bonbons spéciaux en forme de bâton long, Chitose ame (千歳飴) qui signifie « les bonbons de 1000 ans » pour souhaiter la longévité.

Préparation du Zaracha

Kurikomochi

Kurikomochi

La quantité de thé doit être adaptée en fonction du goût désiré : 2 cuillères à café bien pleine (environ 1,5 grammes) de Zaracha pour 200 ml d’eau de source. L’infusion doit durer 3 minutes dans l’eau bouillante. Vous pouvez servir et déguster chaud ou froid.

Bonne dégustation, sans modération !