Juillet 2017 - Zaracha de Shimane

Je ne connaissais pas le Zaracha (ざら茶) jusqu’à ce qu’un ami français m’en parle. Après me l’avoir expliqué, il est parti à Tsuwano (津和野) dans la préfecture de Shimane (島根) pour faire ce thé. J’ai ainsi profité de cette occasion et choisi Zaracha pour ce mois-ci.

Zaracha

Zaracha

Le Zaracha (ざら茶) n'est en fait pas un thé, mais plutôt une tisane produite non pas à partir de feuilles de thé vert comme Sencha ou Hōjicha, mais à partir de Kawaraketsumei (河原決明), une sorte de plante annuelle qui est répandue dans l’ouest du Japon.

Selon la légende, le grand prêtre bouddhiste nommé Kōbō-Daishi (弘法大師) l’a diffusé au 8e siècle, avant le thé vert venu de Chine au 12e siècle. C’est pour cela qu’il s’appelle aussi « Kōbōcha (弘法茶) », en son honneur. On l'apprécie depuis longtemps en tant qu'« élixir de longévité ».

« Zara » de Zaracha, vient de l'onomatopée « zara zara » utilisée pour désigner une texture rugueuse, car le Zaracha est fait de feuilles, de tiges et de haricots mélangés tous ensemble. On sème ces plantes en avril et les récolte en août. Elles sont d'abord arrachées à partir de la racine, lavées, séchées à l’ombre pendant 1 semaine, coupées à une longueur de 3cm, puis exposées au soleil pendant 2 jours, et enfin torréfiées. On ajoute un peu de thé vert local à la fin, pour accentuer la saveur.

Le Zaracha a une forte senteur grillée, mais le goût est plus frais et doux que la senteur ne le laisser imaginer. Il est riche en fer et en minéraux. Comme il ne contient pas de caféine, tout le monde peut le boire sans contrainte. Il a soit-disant des effets positifs sur la digestion ou pour prévenir l'hypertension. Il n’y a que du bon !

Le producteur est Komien Kamiryo Chaho où Adrien, un de mes amis, a commencé à travailler avec sa femme japonaise, Rumi.

Locomotive

Tsuwano, une ville de l'ère féodale

« Tsuwano (津和野) » est une ville féodale entourée de murs blancs en argile et de fossés dans lesquels les carpes multicolores nagent. Elle est située sur la côte nord-ouest de Honshū (principale île du Japon), et est surnommée « Shō Kyōto (小京都) ». Shō Kyōto signifie littéralement « petite Kyōto », car Tsuwano ressemble à Kyōto.

Le calme, la tradition et la nature règnent dans cette ville. Il s'y produit quelques événements traditionnels selon les saisons. Le tir à l’arc sur cheval au printemps, la dance de héron blanc en été, et enfin le défilé de valets en automne. Une locomotive à vapeur passe encore par cette ville périodiquement. Il y a des sites culturels ou naturels à visiter. Tsuwano n’a pas encore été envahie par la vague de la mondialisation. Mon cœur y est depuis quelques jours, en faisant des recherches sur Google.

Genjimaki Spécialité de Tsuwano « Genjimaki (源氏巻) » avec Zaracha

Préparation du Zaracha

La quantité de thé doit être adaptée en fonction du goût désiré : environ trois cuillères à soupe (8 grammes) de Zaracha pour 260ml d’eau. L’infusion doit durer environ 2 ou 3 minutes dans l’eau à 90~100ºC.

On peut aussi faire le Zaracha en grande quantité. On met une poignée de Zaracha dans 2 litres d’eau bouillante, qu'on laisse sur le feu pendant 3 ou 4 minutes. En été, le Zaracha peut se boire frais.

Si vous avez des questions à propos du thé japonais, n’hésitez pas à nous contacter !