Janvier 2021 – Murakamicha de Niigata

Bonne année 2021 ! Nous allons vous présenter les thés japonais pour 2021 dans la continuité de l'année dernière.

Pour commencer, nous avons sélectionné un Murakamicha (村上茶) de la ville de Murakami (村上), dans la préfecture de Niigata (新潟).

Murakamicha

Murakamicha

C'est la deuxième fois que nous vous présentons le Murakamicha (村上茶). Ce thé vert, classé comme « Sencha (煎茶) », est cultivé dans la région la plus au nord du Japon (dans laquelle on trouve des plantations de thé). C’est à dire dans le climat le plus froid du Japon où on arrive encore à cultiver des théiers.

Plantation de thé de Murakami Plantation de thé de Murakami en été et en hiver.

Le Murakamicha est caractérisé par moins de tanin et d’amertume et un goût plus moelleux que les Senchas produits plus au sud. Le Murakamicha n’est pas produit à partir d’une seule variété de thé, mais en mélangeant plusieurs variétés adaptées à cette région.

Comme il n’y a pas beaucoup de fermiers cultivants le thé à Murakami, les thés à 100% de Murakami sont rares sur le marché. Par conséquent, il est très précieux. Vous pouvez aussi relire notre blogpost de mai 2016 pour en apprendre davantage sur le Murakamicha.

Manufacture de thé de Murakami Manufacture de thé de Murakami.

Le Murakamicha que nous avons sélectionné est issu d'un mélange de quatre variétés de thé. Il a un parfum de fleurs et de l’umami contenant des substances nutritives.

Murakamicha avec des biscuits aromatisés à la cannelle

J’ai entendu dire que la cannelle était efficace pour exorciser les mauvais esprits. La créature imaginaire dessinée sur les biscuits s’appelle « Amabié (アマビエ) » et elle fait fureur au Japon en ce moment.

Thé de Murakami avec biscuits à la cannelle

Elle a été inventée à l'ère Edo quand une épidémie se répandait. Elle est un yōkai (妖怪), une sorte de monstre, une sirène. Elle ressemble aussi au logo d'une célèbre enseigne de cafés, originaire de Seattle…

On dit qu’elle possède le pouvoir d'arrêter les épidémies. Donc on veut croire qu’elle va éliminer le Covid-19 du monde. Alors, je bois du Murakamicha en grignotant ces biscuits de cannelle ayant de l’effet d’exorcisme, en espérant que le Covid-19 va complètement disparaître de ce monde bientôt !

L'année du bœuf

Cette année correspond à celle du bœuf. Dans l’ordre du zodiaque chinois, le bœuf est situé en deuxième après le rat parmi douze animaux. Le bœuf est indispensable pour nous. Il nous fournit sa viande, des produits laitiers et nous aide dans l’agriculture.

Compte tenu du caractère du bœuf, on définit l’année du bœuf comme celle d’ « endurance » ou de « prélude au développement ». Cela signifie que c’est une bonne année pour « avancer les choses pas à pas, sans hâte ».

Année du bœuf

Alors je vous propose de pratiquer une leçon de zen chez vous, comme on ne dispose pas de la sortie à cause du Covid-19. Cette leçon s’appelle dix images de buffle.

On imagine les dix images suivantes dans la tête:

  • Pas encore dressé.
  • Début du dressage.
  • Le dressage.
  • L'animal tourne la tête.
  • L'animal est dressé.
  • Sans obstacle.
  • Suivre le naturel.
  • Oubli réciproque.
  • Illumination solitaire.
  • Disparition des deux.

Note: le buffle représente « soi ». Le chemin pour arriver au nirvana est loin !

Sinon, vous pouvez simplement faire de la méditation transcendantale, en vous asseyant en tailleur. Vous pouvez vous déstresser pendant un petit moment.

Préparation du Murakamicha

La quantité de thé doit être adaptée en fonction du goût désiré : environ de deux cuillères à café (6 grammes) de Murakamicha pour 120ml d’eau.

L’infusion doit durer environ 20 secondes dans l’eau à 80ºC. La deuxième infusion doit être faite à 90ºC pour 10 secondes et pour la troisième plus courte dans l’eau plus chaude que la deuxième.

Bonne dégustation de Murakamicha !