Mars 2019 – Hōjibancha de Tsukigase

Nous avons sélectionné un Hōjibancha (ほうじ番茶) de Tsukigase (月ヶ瀬) dans la préfecture de Nara (奈良). Son goût frais, doux et fumé en fait un thé à recommander à tous !

Hōjibancha en vrac

Hōjibancha Bio

Hōjibancha (ほうじ番茶) est un mote-valise formé de Hōjicha (ほうじ茶) et de Bancha (番茶). Son processus de fabrication commence par celui du Bancha, suivit par celui du Hōjicha.

Ainsi, on commence par produire un Bancha. C’est un type de sencha issu d'une récolte tardive. Grâce aux rayons du soleil pendant l’été, les feuilles de thés sont grandes et nutritives. Après l’étuvée, on laisse le bancha reposer pendant une durée déterminée en sous-sol. Juste avant de le vendre, on le grille bien attentivement: c'est le processus de fabrication du Hōjicha. Contrairement au Gyokuro du mois dernier, on ne trie pas les feuilles, tiges et brindilles, mais on grille tout ensemble.

Le Hōjibancha ainsi préparé est bien équilibre pour le goût. Il n’a pas d’amertume, mais un caractère franc, souple, et distinct propre au Bancha. Comme il n’y a presque pas de théine dans ce thé, on peut le boire même avant de dormir. En plus, c’est bon pour les bébés ou les personnes âgées qui ne tolèrent pas bien la théine ou la théanine.

Plantation de théiers

Le producteur de ce thé s'appelle « Tsukigase Kenkō Chaen » (月ヶ瀬健康茶園), qui signifie littéralement « la plantation de thé sain de Tsukigase ». Il intègre le concept bio dans la culture du thé : ce qui compte, c’est la vitalité du théier tel quel, qui pousse sans aide artificielle. Par conséquent, il n’ajoute aucun élément chimique.

Comme le Hōjibancha n’est pas un thé très distingué, bu pour une occasion spéciale, j’ai préparé un gâteau de riz tout simple avec des haricots rouges : « Mame Daifuku » (豆大福). C’est un gâteau populaire et tout le monde l’adore. Boire du Hōjibancha à grandes gorgées avec un Mame Daifuku ! Quel bonheur ! Je n'ai rien à ajouter.

Hōjibancha et Mame Daifuku

Est ou Ouest ?

Ce producteur m’a raconté que les écoliers du Kansai (関西), qui habitent dans la région ouest du Japon (autour d'Osaka et de Kyoto), apportent une gourde de thé grillé (Hōjicha ou Hōjibancha) à l’école. Par contre, ceux du Kantō (関東), qui vivent dans la région Est du Japon (autour de Tokyo), viennent avec une gourde de Sencha.

Peut-être que ça vient du métier ancien des gens. Dans le Kantō, il y avait beaucoup de samuraïs vivant en suivant une discipline très stricte. Par contre, le Kansai était habité par des commerçants indisciplinés. Pour ces gens, le thé grillé était abordable et convivial.

Il y a quelques différences culturelles entre l'Est et l'Ouest du Japon (en coupant grossièrement le Japon au milieu), similaires aux différences entre le Kansai et le Kantō, ou simplement en comparant Tokyo avec Kyoto ou Osaka.

Un autre exemple : le 3 mars, c’est le festival des filles/poupées. Les familles qui ont des filles font la fête ce jour-là avec la décoration de poupées. On peut reconnaitre la grande différence à la position des poupées de l’empereur et de l’impératrice. Dans le Kansai, on met l’empereur à droite et l’impératrice à gauche, mais dans le Kantō, c’est l'inverse !

Au début, on prenait la position du Kansai, car les familles royales japonaises successives s’asseyaient sur le trône comme ça, quand ils vivaient pendant plus de 1,000 ans à Kyoto, suivant ainsi le style des anciennes dynasties chinoises. Puis l’empereur Taishō (大正天皇) est monté sur le trône en 1912 à Tokyo. Il a adopté le style européen en vue de l'ouverture du Japon au monde, et les habitants du Kantō l’ont suivi. Pour le festival des filles/poupées, voir aussi notre blogpost de mars 2018.

Poupées

Préparation du Hōjibancha

La quantité de thé doit être adaptée en fonction du goût désiré : environ 10 à 15 grammes de Hōjibancha pour 650 ml d’eau de source. L’infusion doit durer 1 à 2 minutes dans l’eau bouillante. Bonne dégustation, sans modération !

Si vous avez des questions à propos du thé japonais, n’hésitez pas à nous contacter !