Avril 2018 - Sakura Ryokucha de Shizuoka

Ce mois nous avons sélectionné un Sakura Ryokucha (桜緑茶) de Kawane (川根), dans la préfecture de Shizuoka (静岡).

Cerisier Pleureur

Sakura Ryokucha

Le Sakura Ryokucha (桜緑茶) est un thé vert (桜緑) au parfum de Sakura (桜), c'est-à-dire de fleur de cerisier que les Japonais aiment tant. Il ne contient aucun ingrédient artificiel, ni d'ailleurs de fleurs de cerisiers. Sa senteur provient d'une variété de théiers appelée « Shizu 7132 (静7132) ». On dirait un nom de robot, mais c'est juste le nom de ce cultivar !

Shizu 7132 est né dans les années 1960 dans la préfecture de Shizuoka (静岡). Il s’agit d’un croisement entre Yabukita (やぶきた) et une variété de thé étrangère. Yabukita représente 80% de l’ensemble des plantations de théiers au Japon. L'autre composant n'est pas clairement identifié, mais il doit s'agir soit d'une variété utilisée habituellement pour produire du thé au jasmin, soit d'une variété utilisée habituellement pour produire du thé noir.

Shizu 7132 possède la même substance, la coumarine, que celle contenue dans les feuilles de cerisier. Grâce à cette coumarine, on retrouve l’odeur de Sakura. Ce théier n’avait pas de particularité au début et on l’a laissé de côté pendant longtemps. Ansi son nom n'est pas très impressionnant, il a simplement hérité une partie du numéro de gestion du Yabukita (7000) et une partie de préfecture (静岡).

Le Sakura Ryokucha a une odeur exquise ainsi qu’élégante, et un goût distinct avec une couleur d’or. C’est un thé qui nous annonce la venue du printemps. On le produit très peu, et par conséquent il c'est un thé vert assez rare et difficile à trouver.

J’ai goûté ce Sakura Ryokucha avec deux gâteaux japonais ; une jolie pâtisserie fine de Kyōto appelée « fleurs de cerisier en pleurs (しだれ桜) », et un « gâteau de riz de cerisier (桜餅) » populaire pour les Japonais. On le fabrique à partir de riz et d'une feuille saumurée de cerisier.

Shidare Sakura

Cerisiers en fleur, c'est le point de départ de tout

Quand les cerisiers sont en fleurs, au début d’avril, tout se renouvelle au Japon. Les élèves et les étudiants entrent/rentrent à l’école. Mais aussi pour les adultes : les nouveaux employés débutent dans leur entreprise, d'autres sont mutés. Ainsi, la saison des fleurs de cerisier inspire aux Japonais la joie d'un nouveau départ, mais aussi l'inquiétude du changement.

Il y a une poésie ancienne représentant les fleurs de cerisier écrite par l'écrivaine Onono Komachi (小野小町) au 9ème siècle.「はなのいろは うつりにけりな いたづらに わがみよにふる ながめせしまに」que l'on peut traduire « Les fleurs de cerisier se sont fanées en vain pendant la pluie printanière, comme si ma beauté s’était perdue pendant que je m’inquiétais de l’amour ou de la vie quotidienne. ». Comme les fleurs de cerisiers sont fragiles, elles tombent très facilement à cause du vent ou de la pluie. Elle s’est lamentée sur l’impermanence de la vie. La vie est aussi éphémère que les fleurs de cerisier. Il faut bien vivre ici, maintenant et sans regrets, en les regardant avant de se lamenter.

Sakura Mochi

Préparation du Sakura Ryokucha

La quantité de thé doit être adaptée en fonction du goût désiré : environ une cuillère à soupe (5 grammes) de Sakura Ryokucha pour 200ml d’eau. L’infusion doit durer environ trentes secondes dans l’eau à 80-90ºC. La deuxième infusion doit être plus brève que la première.

Pour bien diffuser l’arôme de Sakura, vous pouvez laisser le thé reposer après infusion, jusqu’à ce qu’il se refroidisse. Il est également possible de préparer le Sakura Ryokucha frais : 1 litre d’eau de source avec un sachet de Sakura Ryokucha (10 grammes) pendant environ 3 heures.

Si vous avez des questions à propos du thé japonais, n’hésitez pas à nous contacter !