Janvier 2019 – Kakegawacha de Shizuoka

Akemashite Omedetō Gozaimasu ! Nous vous souhaitons plein de joie, de bonheur et de santé pour l’année 2019 !

Pour bien démarrer notre premier Tomotcha de l’année, nous avons sélectionné un Kakegawacha (掛川茶) : un type de Fukamushicha (深蒸し茶) de la ville de Kakegawa (掛川市), située dans la préfecture de Shizuoka (静岡). Shizuoka est la première région productrice de thé vert du Japon.

Kakegawacha Set

Kakegawacha / Fukamushicha

Les plantations de thé de Kakegawacha sont situées sur une colline douce, abondamment exposée au soleil. Comme les feuilles de thé produites ainsi ont beaucoup de catéchine, cela fait du thé amer. Pour adoucir l’amertume, on a inventé la méthode de « Fukamushi (深蒸し) », qui signifie littéralement « cuire à la vapeur longuement ». Grâce à l’étuvée plus longue que celle du sencha, la catéchine (ainsi que d'autres éléments) est partiellement décomposée, réduisant ainsi sa concentration, et libérant de nombreux éléments. C’est ainsi qu’on a réussi à adoucir l’amertume et à produire d'excellents Kakegawacha.

D’après l’analyse, les éléments inclus dans une infusion de Fukamushicha et qui ne sont pas contenus dans une infusion de Sencha classique sont : β-carotène, Vitamine E et Chlorophylle. Ces éléments ont le rôle suivant : β-carotène = effet antioxydant, Vitamine E = développement de la circulation de sang et amélioration de la fonction immunitaire, Chlorophylle = aménagement du milieu intestinal.

Selon des enquêtes récentes, la ville de Kakegawa est la ville où la mortalité causée par les cancers est la plus faible et le coût des soins médicaux pour les personnes âgées le moins cher parmi les villes japonaises de plus de cent mille habitants. On dit que c’est grâce au « Fukamushicha de Kakegawa », car les habitants le boivent tout le temps dans leur vie quotidienne.

J’ai assorti un gâteau appelé « 初富士 (Hatsu Fuji) » ou « la première vue de Mont Fuji de l’année » avec Kakegawacha, car la ville de Kakegawa se trouve dans le même préfecture que le Mont Fuji, et est visible depuis la ville. Pour les Japonais, le Mont Fuji est le symbole de bon augure. Pourquoi ? C’est parce que… lisez le paragraphe suivant !

Mont Fuji

Premier rêve de l'année

Est-ce que vous vous souvenez de votre premier rêve du nouvel an ? Au Japon, les rêves de bon augure sont : « ichi fuji, ni taka, san nasu (一富士二鷹三茄子) » ; en français « 1er : mont Fuji, 2ème : faucon, 3ème : aubergine ». Pour quelle raison ? On en plusieurs explications pour cette combinaison.

Premièrement, ce sont les trois choses préférées de Tokugawa Ieyasu (徳川家康), Shogun durant l’ère d'Edo (江戸). Il a vécu la plupart de sa vie dans cette région. Deuxièmement, le Mont Fuji est la plus belle montagne du Japon, le faucon est fort et intelligent, et enfin l’aubergine a deux sens en japonais : le légume et « accomplir ».

Troisièmement, ce sont des jeux de mots : Fuji peut se lire « sain et sauf (無事) » ou encore « immortalité (不死) », Taka (faucon) peut se lire «  grand (高) » et Nasu peut se lire « accomplir (成す) ». Pour les gens qui veulent un rêve de bon augure coûte que coûte, on conseille de mettre une image de bateau au trésor sous l’oreiller.

Kakegawacha

Préparation du Kakegawacha

La quantité de thé doit être adaptée en fonction du goût désiré : environ 2 bonnes cuillères à café (5 à 6 grammes) de Kakegawacha pour 180ml d’eau. L’infusion doit durer 2 minutes dans l’eau de 70 à 80ºC. La deuxième infusion doit être faite pour un temps plus bref.

Si vous avez des questions à propos du thé japonais, n’hésitez pas à nous contacter !